LE MANIFESTE DE BIOCOIN
Sep 12, 2017 1 355 просмотров
Поделиться:

Afin de découvrir l'état d'esprit de ce projet, nous l'avons résumé dans un "manifesto". Bonne lecture.

 

POURQUOI BIOCOIN

Nous sommes aujourd’hui devant la nécessité absolue de maîtriser les conséquences économiques, écologiques et sociales de ce que l’on a appelé le progrès. Cela doit nous inciter à d’autres formes de pratiques.

La notion de “développement durable”, évoqué dès la fin des années 80, n’en est qu’à ses balbutiements sur le plan concret. Cette formule qui peut faire rêver n’empêche pas sa complexité. Car qu’entend-on par “développement” ? Les technologies qui sortent tous les mois, sous couvert de vendre au plus grand nombre, nous entraînent à toujours plus d’accumulation.

Or, il y a une dizaine d’années, est apparu un concept appelé blockchain (chaîne de blocs). Cette nouvelle forme de gestion dématérialisée, où toute action est "inscrite dans le marbre” et devient infalsifiable, permet d’alléger les transactions entre individus et de les rendre plus rapides puisque sans intermédiaires, moins coûteuses et plus fiables, dans une société où le commerce n’a jamais été aussi conséquent.

En 1988, Thimoty C. MAY, dans son manifeste crypto-anarchiste écrivait déjà : “L’anarchie de la crypto altèrera complètement la nature de la régulation des gouvernements, la possibilité de taxer et les interactions pour contrôler l’économie, la possibilité de garder secrète une information, et remettra en cause la confiance et la réputation”.

Nous y sommes. La société évolue et il faut bien comprendre qu’il s’agit d’une révolution. Le bitcoin en est le premier symbole.

C’est la première fois qu’un tel outil, biocoin, permet de relier deux univers éloignés. D’un côté, il replace la “folie” du virtuel dans un champ plus concret tout en utilisant ce qu’il y a de mieux actuellement dans la technologie. Permettant au passage de calmer l’engouement pour une spéculation ne reposant que sur un appât de gain rapide. De l’autre, il rejoint l’économie locale, une réalité quotidienne (qui permet d'ailleurs aussi de nourrir ces passionnés du numérique et des crypto-marchés).

Le double défi à relever pour les créateurs de BioCoin est de relier deux univers pour en tirer le meilleur et de manière durable :

1. Faire comprendre aux investisseurs qu’un instrument comme le BIO n’est pas mis en place pour faire uniquement du profit, mais que, derrière, c’est aussi leur avenir environnemental et sanitaire qui se joue.

2. Faire comprendre aux acteurs écologiques et éco-responsables qu’un outil financier, quelle que soit sa forme, n’est pas nécessairement un ennemi s’il est utilisé et partagé avec intelligence.

L'objet est aussi de réaliser qu'il existe des métiers dont la pratique décide de traiter la terre et la nature sans gaspiller ses ressources, de manière à en retirer des trésors qui nous nourrissent. Ces méthodes, finalement ancestrales, sont à protéger et à soutenir. C’est pourquoi nous souhaitons monter un réseau international de paysans (qui cultivent la terre de leur pays) respectueux des sols, de la nature, de l’environnement en général. Garder des activités à taille humaine, localement, permet de conserver la vie d'un territoire (et donc de sa communauté), quel qu'il soit et quelle que soit sa situation géographique.

La plateforme BioCoin et son programme de fidélité n’est ici qu’un prétexte, mis en place pour servir la véritable relation humaine qui nous unit tous, au sein d’une société mondiale où la qualité des produits et des services doivent l’emporter. Avec comme objectif d’être accessibles à tous.

Ce projet BioCoin va donc plus loin qu’une simple crypto lancée via une ICO. Il permet de nourrir une conscience et de développer une intelligence solidaire inscrite dans un écosystème réel où l’individu peut (doit) retrouver du sens face aux problèmes environnementaux et sanitaires auxquels il est confronté, en grande partie dus à son saccage de la terre en seulement quelques décennies !

Tout pousse et tout se recycle dans la nature (y compris l’être humain). L’idée de ce jeton (token) est de semer autant de graines de qualité pour parvenir à un écosystème vertueux, économiquement viable et équitable. Même virtuel, cet outil s’inscrit également dans la notion d’économie circulaire puisque que les biocoins (limités en nombre lors de leur émission) vont et viennent pour acheter, vendre ou prêter, dans une boucle recyclée de leur utilisation, aux fins de nourrir tout le monde ou de servir des éco-projets concrets.

C’est pour cette raison que l’outil BioCoin, et tout ce qui est mis en place avec, ne peut être que solide, donc durable. Solide, parce que la qualité de cette “monnaie” est d’être ancrée dans le réel, pour une cause que nous pensons absolument nécessaire et incontournable.

Les temps changent, mais pas le fonctionnement de la nature. Adapter un outil moderne est une manière d’aider à sauver ce qu’il reste de la planète. C’est pour cela d’ailleurs que nous nous permettons de la qualifier d’éco-crypto-monnaie. Et si elle est “numérique”, c’est juste parce qu’elle est gérée de manière dématérialisée.

Au moins est-on sûrs qu’elle n’est ni enfermée dans une banque ni le jouet d’un trader qui n’aurait rien compris à l’avenir.

De plus, notre solution technologique offre l’opportunité de créer une aide mutualisée sous la forme de micro-crédit. Les utilisateurs de biocoins (communautés, cercles d’amis, associations, etc.) pourront créer un petit fonds pour aider les autres. Une autre façon de développer rapidement les projets et éco-entreprises parmi tous les partenaires de BioCoin. Une façon aussi d'éviter de passer par des intermédiaires.

Lever la tête pour répondre aux enjeux, c’est aussi être capable de passer des ponts.

LavkaLavka et ses partenaires ne sont pas forcément visionnaires. Ils sont peut-être juste en avance, sur le chemin permettant de retrouver du sens.

Apparté :
On voit sur les réseaux sociaux la question de l’appellation originelle de
l’agriculture biologique. Effectivement, la logique voudrait qu’on n’ait pas à préciser
qu’elle est bio, si elle est naturelle... Elle est tout simplement. Et si l’on s’est mis à
lui attribuer l’adjectif de “bio”, c’est pour la différencier de l’agriculture dite
conventionnelle (erreur de vocable), qui est tout sauf naturelle et que l’on devrait
plutôt nommer “agriculture chimique”. Le terme “agriculture” a été dévoyé, enseveli
sous des milliards de tonnes de pesticides. Alors que parler d’agriculture, sans
qualificatif, devrait renvoyer immédiatement et naturellement à la plus organique
des pratiques...

BioCoin prépare d'ailleurs une Charte, sous forme de conditions d'adhésion à la plateforme, destinée aux partenaires. Elle reprendra les standards internationaux les plus exigeants notamment en termes d'agriculture biologique, mais souhaite aller plus loin.
Les premiers héros sur cette terre, ce sont les paysans. Aidons-les à prendre leur autonomie.


Plateforme internationale basée sur la blockchain et sa crypto-monnaie (BIO), BioCoin est un système de réglementation intégré à la vie quotidienne des gens. Pour rendre le monde meilleur chaque jour.


Soutenez votre agriculteur local !

К СЛЕДУЮЩЕМУ ПОСТУ